Résumé de l’ASCO 2019 : Analyse de l’essai CASSIOPEIA auprès de patients ayant reçu un nouveau diagnostic de myélome multiple admissibles à une greffe

L’étude CASSIOPEIA est la première étude randomisée de phase 3 qui évalue la place du daratumumab (Dara) en première ligne de traitement chez les patients ayant reçu un nouveau diagnostic de myélome multiple admissibles à une greffe.  Il s’agit d’une étude conjointe des groupes IFM et HOVON.

Cette étude a réparti de façon aléatoire 1 085 patients entre 18 et 65 ans pour recevoir soit du VTD seul ou VTD avec Dara.

L’objectif primaire était la réponse complète stricte (sCR) post-consolidation, c’est-à-dire après 4 cycles d’induction, l’autogreffe simple chez tous, puis 2 cycles de consolidation avec le même schéma que lors de l’induction.

On retrouve une amélioration significative au niveau de la sCR avec l’ajout du Dara (29 % vs 20 %).  Cependant, on n’a pas observé d’avantages chez les patients avec ISS 3 et ceux présentant un haut risque cytogénétique.  On sait que dans 2 autres études avec Dara en première ligne (ALCYONE et MAIA), il n’y avait pas d’avantage significatif à l’ajout du Dara au niveau de la SSP (survie sans progression) chez les patients présentant un haut risque cytogénétique.

Cependant on retrouve une amélioration du taux de négativité de la maladie résiduelle minime (MRD, Euroflow, 10 exp-5) avec l’ajout du Dara (64 % vs 44 %), et ce, dans tous les sous-groupes incluant les ISS 3 et les patients présentant un haut risque cytogénétique.  Enfin, on retrouve une amélioration de la SSP à 18 mois avec l’ajout du Dara qui est significative (93 % versus 85 %).

En conclusion, un traitement de type VTD-D en première ligne chez des patients admissibles à la greffe ajoute un bénéfice clinique significatif par rapport au VTD.  Les données de survie globale sont trop immatures, mais il se dessine une tendance qui semble significative en faveur du VTD-D.  Malgré tout, il faut comprendre que pour l’instant le daratumumab n’est pas disponible pour les patients canadiens en première ligne de traitement.

Voir le premier résumé
Voir le deuxième résumé